Service cinq étoiles à l'assemblée : Rs 12 millions de frais de bouche par mois, take away compris

Rédigé le 25/01/2023
E. Moris

Indécence. Le ministre des Arts et du Patrimoine culturel a animé un point de presse ce mercredi, afin de répondre aux polémique ayant surgi à l’issue de la gestion des repas proposés aux élèves qui ont accompli le record du plus grand drapeau national à partir d’une chaîne humaine.

Concernant le « pain bringelle », le ministre Avinash Teeluck a confirmé que c’est l’AHRIM qui a sponsorisé le pack lunch. Il a indiqué qu’il n’y avait pas que des bringelles ou du margoze grillés mais des légumes grillés en général. Pour lui, les enfants ont eu « des pains de bonne qualités ». Et de préciser que parmi la liste de ceux qui ont préparé ce pack lunch figurait des établissements cinq étoiles ! Il dit accepter que le plat obtenu n’ait pas plu à certains enfants qui se sont plaints. Mais il dit ne pas comprendre les insultes proférées et les commentaires déplaisants faits, surtout de la part d’adultes. « C’est dommage et chagrinant », a-t-il déclaré. Il a aussi critiqué certains membres de l’opposition et certains membres de la presse qui ont, selon lui, alimenter la polémique. 

Avinash Teeluck est très bon dans le "blame game", mais comme il semble si bien apprécie les pains fourrés, peut-être qu'il pourra donner l'exemple. 

Rappelons qu'il existe un service cinq étoiles à l'assemblée. Le groupe Beachcomber, via sa filiale Plaisance Catering, s’était retrouvé aux fourneaux après un exercice d’appel d’offres, mais ce n'était pas au goût des fins palais de nos parlementaires. Le changement de «caterer» avait provoqué un tollé parmi les élus qui se sont habitués aux bons petits plats mijotés, pendant de longues années par madame Dalais de la Clef des Champs.

Le chef gourmet était effectivement revenue par la grande porte avec un certain plébiscite. Ils ont fini par avoir eu gain de cause avec une pétition pour faire part de leur "insatisfaction" par rapport aux prestations de Beachcomber.  Une note salée à raison de près de Rs 12 millions de frais de bouche par mois, take away compris. «Rs 400 000 par jour». Cette somme comprend le petit-déjeuner à 11 heures, le déjeuner à 13 heures, le goûter à 16 h 30 et bien sûr le dîner à 20 heures pour les parlementaires entre autres employés de l’Assemblée nationale et gardes du corps des VVIP.

Nous ne serons pas surpris d'apprendre que les chiffres déjà très indécents, seront revus à la hausse avec la facture d'électricité qui grimpera au mois de février. Mais que peut-on attendre de ces ministres ou députés, qui à l'unanimité, dans un de leur seul grand élan de solidarité dans l'Histoire de l'assemblée ont signé une pétition pour faire revenir leur cantinière cinq étoiles et dont un ancien ministre avait eu l'audace de déclarer : « Manze biskwi bwar delo ziska la fin siklonn ». « Sak personn pou gagne 2 litres delo, enn gramatin et enn tanto. Sak personn pou gagn 8 paké biskwi, 4 gramatin et 4 tanto ». Ne parlons plus de ces familles avec enfants jetés à la rue en plein hiver !