Mayotte : Victime d'un vol dans son champ, un maire punit lui-même le voleur

Rédigé le 30/09/2022
Gaëtan Dumuids

7

Le maire de Chiconi a été condamné en début de semaine pour violence avec arme. Désespéré de cette situation trop récurrente, Madi Ousséni Mohamadi en est venu à se faire justice lui-même. Derrière l’originalité de cette affaire, c’est un véritable fléau que vivent les agriculteurs du département, qui assurent perdre 70 % de leur récolte.

En janvier dernier, Madi Ousséni Mohamadi, le maire de Chiconi, surprend un voleur dans son champ. Excédé par cette situation qui se reproduit, l’édile a craqué et violenté l’individu avec une arme. Des faits qui lui ont valu cette semaine une condamnation à 6 mois de prison avec sursis pour violences avec arme. Il a fait appel du jugement.

Derrière cette affaire exceptionnelle - en ce qu'elle implique un homme politique de premier rang - se cache le triste quotidien des agriculteurs mahorais. Soumaila Moeva, le président de l’association des jeunes agriculteurs de Mayotte, a assuré à nos confrères de Mayotte la Première que 70% de l’exploitation est volée à Mayotte.

Selon l’agriculteur, le procédé est toujours le même. Les individus font mine de chercher le chemin ou de venir couper des herbes pour les zébus. Ensuite, ils cachent les régimes de bananes à l’intérieur de la paille coupée. Ce sont ensuite ces produits volés qui fournissent les étals des vendeurs ambulants.

Le syndicaliste explique que le cercle est tellement vicieux que les agriculteurs se retrouvent à acheter les produits qu’on leur a volés dans leurs champs.