Course-poursuite au Port : Le chauffard sans permis écroué

Rédigé le 30/09/2022
Regis Labrousse

1

Un homme de 28 ans comparaissait devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis pour des faits de refus d'obtempérer et de conduite sans permis. Avant cette audience, son casier judiciaire fait état de cinq condamnations pour des faits identiques. Il comparait donc en récidive.

Nous sommes le 7 juin dernier au Port. Il est 14h40 lorsque Giovanny M. comprend qu'il va être contrôlé par les policiers du Port. Au lieu de s'arrêter, il accélère et prend la fuite. S'en suit une course-poursuite particulièrement soutenue ou le fuyard n'hésite pas à doubler un camion en plein virage, à griller un stop et à rouler à 110 km/h dans une zone limitée à 70. Le tout aux alentours de zones scolaires. La course-poursuite se finit à Saint-Denis par l'abandon des forces de l'ordre en raison de la dangerosité de l'individu. Le véhicule sera retrouvé plus tard à la Possession, mais pas le conducteur en raison de multiples certificats de cession non transmis et non dûment remplis au service des cartes grises. Le conducteur est finalement interpellé fin septembre pour répondre de ses actes.

"Je venais de sortir de prison pour le même délit. Je n'ai pensé qu'à moi", s'explique le prévenu à la barre concernant sa conduite dangereuse, sans permis et le refus d'obtempérer. Pour que le tribunal comprenne bien sa situation, il poursuit : "Comment je fais pour aller chercher du travail si je ne conduis pas ? Ça fait 3 ans que je suis dehors et c'est le seul délit que j'ai fait. Si vous ne m'interdisez pas de passer le permis, je vais direct à l'auto-école". "Vous dites cela depuis 2017", lui rappelle le président. "Il est ici car il met les autres en danger en roulant à 100 km/h en zone urbaine", fustige le parquet. "Ce sont des faits particulièrement graves. Il achète une voiture mais il n'a pas le permis. Il ne tire pas les leçons de ses précédentes condamnations", conclut la procureure qui requiert 14 mois de prison dont 4 avec sursis probatoire et un mandat de dépôt. 

"On lui reproche de faire les choses à l'envers, mais il fait les choses. Certes pas dans le bon sens", répond la défense. "Il ne fait plus parler de lui depuis 2019 car il a des projets de vie malgré son casier judiciaire. Il a fait des demandes pour un travail et il est inscrit dans une auto-école. Il reconnait les faits immédiatement alors qu'au départ, ce n'est pas lui que les policiers ont identifié. Vous devrez en tenir compte", plaide la robe noire. Le prévenu est finalement condamné à 12 mois de prison dont 6 avec sursis, il lui est fait obligation de passer le permis de conduire et il fera les 6 mois ferme en détention.