Le deuil qui l'a mené à la rue, le témoignage de Fred

Rédigé le 29/04/2022
Sophie Fontaine

19

Au décès de sa mère, avec qui il vivait, Fred s'est retrouvé à la rue. Pendant plus d'un an, il errait dans les rues de Saint-Denis, avec pour seul effet personnel son sac à dos. À l'intérieur, une couverture, un drap, un vêtement et une trousse de toilette.

Dehors, il perçoit certains aspects du quotidien différemment. “À La Réunion, les gens y mange à zot faim. (...) Le truc que mi trouve dommage, c’est le gaspillage. À l’époque mi té vois pas, mais maintenant que mi lé dehors, mi vois le gaspillage”, déplore t-il.

 



Sans possibilité d’ouvrir un compte en banque, Fred ne perçoit aucune aide financière : “Pour ouvrir un compte, il faut entre 50€ et 100€, ou sa mi sa tire sa ?”

Pour se restaurer, l’homme compte sur les maraudes de la Croix-Rouge, les dons et l’argent qu’il gagne en faisant la manche : “Ou assise dans un coin et ou dit, bonjour madame, bonjour monsieur, ou n’a poin un tite pièce s’il vous plaît ?”.  

Le plus éprouvant pour Fred, c’est la nuit. Il faut rester sur ses gardes :  “C’est le plus compliqué. N’a des gens qui passent, un peu violents. Ou dort pas vraiment”.

Mais aussi le regard accusateur des passants, “c’est le plus difficile”, admet-il. “Les gens y croit que parce qu’ou lé à la rue, ou n’a rien dans la tête”.

Aussi, pour ce qui est de trouver un emploi dans ces conditions, l’ancien animateur ne l’espère plus : “Mi n’a un Bac+2, ma poin d’travail, regarde ou sa mi lé…"

Malgré sa situation qui semble s'éterniser et les coups au moral, Fred tente de garder le sourire, ou au moins, de se réveiller avec...


Les personnes souhaitant réaliser un don peuvent se rendre sur place du lundi au vendredi (3 et 5 rue des Vavangues, Chemin Finette, Saint-Denis - 0262200095).