Interceptés à Gillot et à l'hôtel, la mule et son "accompagnateur" demandent un délai

Rédigé le 23/09/2022
Regis Labrousse

11

Les deux personnes suspectées de trafic d'ecstasy entre la métropole et La Réunion ont demandé un délai pour se défendre.

Une mule a été interceptée avec 7218 cachets d’ecstasy le 18 septembre dernier par les douanes de l'aéroport Roland Garros. Fait assez rare pour être souligné, l’homme qui l’accompagnait pour surveiller la marchandise a été interpellé quelques jours plus tard dans un hôtel de Saint-Denis suite à sa description par la mule. Lors de son interpellation dans cet hôtel, il a été saisi 4750 euros posés sur le lit et trois téléphones portables.

Les deux prévenus ont demandé un renvoi de l’audience pour préparer leur défense. 

La procureure de la République a demandé leur maintien en détention en attendant la prochaine audience tout en précisant que l'accompagnateur n’était pas là par hasard, contrairement à ce qu'il prétend. L'individu est d'ailleurs déjà connu pour des faits de trafic de stupéfiants avec à son casier 4 mentions dont une peine de 5 ans en 2017. 

Le parquet précise que dans la hiérarchie, il est au-dessus d’elle. 

Les deux prévenus sont maintenus en détention provisoire en attendant la prochaine audience fixée au 12 octobre.