Pour éviter leur souffrance, les chiens à nez plat bientôt interdits aux Pays-Bas

Rédigé le 24/01/2023
P.J

13

Les chiens à nez plat seront bientôt interdits aux Pays-Bays. C’est ce qu’a indiqué le gouvernement néerlandais ce vendredi 20 janvier, souhaitant bannir la possession d'animaux de compagnie qui souffrent à cause de mutations génétiques leur donnant une apparence «mignonne ». Une liste de caractéristiques physiques pouvant être objectivement déterminées comme causant des souffrances permanentes est à l'étude, a précisé le ministère.

«Lors du choix d'un animal de compagnie, les gens choisissent souvent des caractéristiques qu'ils trouvent mignonnes, par exemple des chiens avec un museau court ou des chats avec des oreilles pliées», affirme dans un communiqué le ministère néerlandais de l'Agriculture. Mais «il existe des preuves scientifiques que ces chats souffrent constamment parce qu'ils ont un défaut de cartilage causé par un gène spécifique», est-il précisé.

Les mutations génétiques peuvent notamment provoquer chez les animaux concernés des problèmes respiratoires ou d'arthrite. Ignorant souvent que ces animaux souffrent en raison de ces caractéristiques, «leurs propriétaires sont animés des meilleures intentions mais ignorent souvent le côté sombre»,  poursuit le ministère.

Selon une étude récente, Les chiens avec un museau trop court tels que les bouledogues français et anglais sont constamment à bout de souffle. «Les chiens qui ont une forme de crâne anormale peuvent avoir constamment mal à la tête», a ajouté dans une lettre vendredi au Parlement le ministre de l'Agriculture, Piet Adema.

«Nous rendons la vie misérable à des animaux innocents, uniquement parce que nous pensons qu'ils sont “beaux” et “mignons”», résume Piet Adema. Selon lui, les Pays-Bas vont faire «un grand pas» en décidant qu'«aucun animal de compagnie n'aura à souffrir de son apparence».

La liste des animaux dont le gouvernement veut interdire la possession doit encore être établie. Une liste de caractéristiques physiques pouvant être objectivement déterminées comme causant des souffrances permanentes est à l'étude, a précisé le ministère.

Aux Pays-Bas, il est déjà interdit depuis 2014 d'élever des animaux qui ont des problèmes liés à leur apparence physique