L’eurodéputé RN André Rougé veut la fin du droit du sol à Mayotte

Rédigé le 05/01/2023
NP

9

Dans un communiqué, André Rougé, eurodéputé du Rassemblement national délégué à l'Outre-mer, fustige la visite du ministre de l’Intérieur à Mayotte. Il accuse Gérald Darmanin de reprendre les idées de son parti lors de ses visites dans l’île, avant de changer de discours à son retour en métropole. L’élu demande la fin du droit du sol dans le 101e département.

Le communiqué:

En déplacement à Mayotte pour fêter la nouvelle année, M.Darmanin fait mine de découvrir l’ampleur de la criminalité et se dit favorable à un « durcissement » du droit du sol.

Une énième déconnexion caractéristique de ce gouvernement !

Les faits divers ne manquent pas dans le 101e département français ; attaques à la machette dans les transports scolaires, rixes sauvages entre bandes rivales à la vue de tous, attaques d’écoles obligeant la municipalité à redoubler d’effort (financier et matériel) pour sécuriser les établissements scolaires qui instaurent, en Outre-Mer, plus encore qu’ailleurs, une réelle égalité des chances et une opportunité d’insertion.

Le ministre délégué à l’Outre-Mer s’applique à parler comme le RN mais agit dans les faits comme la gauche ; beaucoup de paroles, mais peu d’action ! Marine Le Pen et le Rassemblement National proposent depuis des années de mettre fin au droit du sol, réelle
pompe aspirante de l’immigration. Surtout lorsqu’on sait que près de la moitié des habitants de Mayotte sont étrangers.

Mayotte est confrontée à des tensions géopolitiques avec les Comores qui utilisent tous les
prétextes pour affaiblir Mayotte et remettre en cause sa souveraineté.

Il est plus que temps de rappeler à M.AZALI, Président des Comores, que Mayotte est FRANÇAISE !

Le Rassemblement National, à travers son Délégué National à l’Outre-Mer et député français au Parlement européen André ROUGÉ, apporte son soutien à la population mahoraise et réitère le souhait de soumettre au vote du peuple français son référendum sur l’immigration proposé par Marine Le Pen lors de la campagne présidentielle de 2022.