Condamné, le planteur de zamal du Port purgera sa peine à domicile

Publié le 23/09/2022 par LG-LR

23

Le planteur de zamal du Port vient d'être condamné à 2 ans de prison dont 1 an de sursis probatoire. La partie ferme est aménagée sous la forme d’une détention à domicile.

La saisie des policiers le jeudi 22 septembre dernier avait permis de mettre la main sur une belle quantité de zamal. Pas moins de 93 pieds de cannabis poussaient à l'ombre des regards dans une cour située dans le quartier Titan au Port. Les agents de police ont également saisis 6 kg d'herbe séchée, 2 chambres de culture, des sachets de conditionnement et une balance de précision. Le planteur, âgé de 32 ans, a été confondu et interpellé suite à une dénonciation.

À l'audience, il reconnait les faits mais estime qu'il n'y avait que 60 pieds tout au plus. Il reconnait s'adonner à cette culture depuis deux ans. 

"On se croirait dans une jardinerie", s'exclame le président en montrant les photos à ses assesseurs, ajoutant : "Il y en a de partout, votre mère n'a plus beaucoup de place pour étendre le linge". "J'ai fait ça pour mon projet de monter une boite de BTP car je n'ai pas droit aux crédits, je n'ai le droit à rien. J'ai plus investi dans le matériel pour cultiver que gardé d'argent", répond le prévenu. Il reconnait vendre environ 600 grammes par mois à 10€ le gramme "pour arrondir [ses] fins de mois". "Là, c'était la plus grosse récolte que j'ai faite ," indique-t-il au président. L'enquête montre que tout le monde le connait comme revendeur dans le quartier. 

"Ces faits ne sont pas moins graves que ceux d'une mule", tance le parquet. "Il y en a de partout. Il reconnait et évoque des problèmes d'argent mais ça, c'est de l'argent facile et illégal ! Il avait trouvé le bon filon pour arrondir ses fins de mois", conclut la procureure qui requiert 2 ans de prison dont 1 an de sursis probatoire ainsi qu'un mandat de dépôt. "Il dénote avec le profil d'un trafiquant, il n'y pas de réseau c'est-à-dire direct du producteur au consommateur", répond la défense. "Il y est allé petit à petit, c'est cette production qui devait lui rapporter des bénéfices. Il fait ça car il en a assez des contrats précaires, il voulait ouvrir son entreprise", plaide la robe noire qui demande un aménagement sous la forme d'une détention à domicile pour la partie ferme. 

Le prévenu est condamné à 2 ans de prison dont 1 an de sursis probatoire. La partie ferme est aménagée sous la forme d’une détention à domicile. Il n'effectuera pas de séjour en prison et ressort libre du tribunal.