Privé d’eau courante !

Rédigé le 23/09/2022
Alain Hoareau

La présente lettre a été adressée au début de ce mois à Monsieur le Président de la République

Depuis trois ans, je n’ai plus d’eau.

Je suis handicapé; mes difficultés sont extrêmes et s’accroissent de jour en jour.

En effet, j’ai été privé d’eau suite à un non renouvellement de mon contrat de canalisation d’eau en 2019 par l’Office National des Forêts de l’Ile de La Réunion. Auparavant, cette canalisation, raccordée à un captage, me fournissait régulièrement de l’eau.

J’habite depuis plus de quarante ans dans le cirque de Mafate géré par l’ONF dans la commune de La Possession (97419). Ces deux instances m’ont averti qu’elles ne pourraient rien faire, alors même que mes plus proches voisins disposent de suffisamment d’eau pour pouvoir arroser leurs champs de maïs.

J’ai eu recours à plusieurs reprises à la Gendarmerie de La Possession venue sur place et qui n’a pas donné suite à cette privation totale d’eau.Il suffirait simplement d’obliger mes voisins de mauvaise volonté et de mauvaise foi de cesser de me couper l’eau.

C’est donc le rôle en premier lieu de l’ONF puis de la mairie de La Possession et de la Gendarmerie de faire respecter le droit de chaque citoyen d’avoir de l’eau, ressource vitale et incontournable à la vie et à l’activité. En effet, je possède un gîte, une table d’hôte et un camping qui ne fonctionnent plus pour ces raisons évidentes.

Je vous demande dans les meilleurs délais de pouvoir recevoir de l’eau chez moi dans des conditions décentes comme auparavant, car nous arrivons bientôt à la période chaude australe.

Durant ces trois années, je me suis débrouillé en me faisant ravitailler en eau grâce à l’aide de mes amis m’apportante de l’eau sur leur dos par les chemins de grande randonnée ou par transport en hélicoptère. J’ai fait créer un système de récupération d’eau de pluie me permettant à peine de survivre pour le moment

Dernièrement, ces mêmes voisins ont démonté une partie de mes tuyaux de canalisation et les ont jetés sur mon terrain. J’avais mis en place et entretenu depuis plus de 35 ans ce réseau onéreux de canalisations pour ma famille, mon gite et ma clientèle touristique.

Il suffirait de remettre en place ma canalisation, de renouveler mon contrat et de faire respecter mes droits. Au lieu de cela, la position de l’ONF qui cherche à récupérer mes terres de concession, encore sous contrat, par tous les moyens s’est encore durcie. D’où les pratiques ignobles de mon entourage.

Ne sachant plus vers qui me tourner, j ‘ai l’honneur de vous demander, Monsieur le Président, de m’apporter votre aide pour rétablir cette situation  où le problème de l’eau, vital pour moi, est en jeu.