Les hommes se trompent quand ils se croient libres ... Spinoza !

Rédigé le 05/09/2022
Bertrand

4
Au sein des entreprises, des organisations et dans nos sociétés , le changement est source d’appréhension. Statistiquement, une grande partie des salariés au sein des entreprises et organisations le perçoit comme inquiétant. Un très grand nombre est insatisfait quant à la prise en compte de leurs commentaires, visions et propositions. 

La communication au sein des ces structures est davantage basée sur l’échange avec le Top Management. Le message lui-même (à son sens) est trop souvent pensé comme étant le cœur de la communication, alors que dans la pratique, l’efficacité d’une communication repose comme on le sait, en grande partie, sur ses modalités (façon de rédiger ou de parler, média employé, moment choisi pour communiquer, la gestuelle employée, les comportements adéquats et la prise en compte de la façon dont le destinataire va recevoir le message).

Or, la communication passe surtout par l’écoute et la captation des messages d’autant qu’il est beaucoup plus facile de convaincre des individus qui se sentent valoriser et reconnus dans leur travaille avec une parfaite connaissance de ce qui les détermine. Les organisations en général, doivent faire preuve aujourd’hui de plus d’agilité pour coller au contexte et si possible être innovantes. Dans un monde où le changement est la seule chose qui ne change pas, les entreprises, nos organisations, nos communautés de vie en général, sont confrontées à de nouveaux phénomènes imprévisibles et complexes qui les obligent à s’adapter rapidement, au risque de perdre de la crédibilité, de commettre des erreurs (potentielles crises ) de s’effondrer voir de disparaître.

Le changement  est devenu effectivement une norme. Toute organisation a donc tout intérêt à déployer des efforts de communication conséquents et de cultiver les relations humaines  pour instaurer un changement durable. L’ancrage territorial et une meilleure prise en compte de la  culture de l’organisation,  son identité et de son histoire sont essentielles pour être en capacité d’affronter collectivement les modifications profondes de notre société, le contexte, et les incertitudes de demain.

Aujourd’hui dans le monde du travail et au sein de notre  société en pleine mutation et troublée, nous avons peut-être moins besoin de grands diplômés mais tout simplement de  citoyens efficaces formés,  dotés de cette intelligence de vie à qui on doit donner la possibilité de faire. C’est bien le moment de repenser la formation. Il faut savoir agir avec cette intelligence qui ne se calcule pas au nombre de diplômes ou d’années d’études. Cette intelligence de l’individu moderne et connecté, se mesure à la quantité d'incertitudes qu'il est capable tout simplement de supporter.