La santé n’est pas ce que l’on croit

Rédigé le 30/08/2022
François-Michel Maugis

4

(Serait-ce individuellement au consommateur de rectifier le tir ?)

Les recommandations de l’Etat en matière de santé sont absurdes, insuffisantes et trompeuses. S’il fallait vraiment résumer les choses, je ne dirais pas: « mangez 5 fruits et légumes », je ne me contenterais pas de dire: « mangez bougez » mais: « mangez moins bougez plus ». Ce n’est évidemment pas suffisant mais c’est plus clair, plus parlant et plus efficace. Pour aller plus loin, ce n’est pourtant pas difficile d’être plus sensé, plus complet et plus honnête.

Pour éviter le stress, l’homme moderne, totalement déséquilibré (on pourrait même dire « hors sol ») doit réduire les quantités et augmenter les qualités de la plupart de ses actions. Pour retrouver un certain équilibre entre action et inaction, il doit lutter efficacement, tous les jours, contre l’excessive et mortelle sédentarité. Il ne faut pas oublier que l’homme est un animal marcheur. Une longue marche par semaine (minimum 2 heures) à votre rythme permettra de remettre à l’heure les pendules de votre métabolisme. Vous serez surpris de retrouver ainsi appétit et sommeil. Ne pas oublier non plus que la transpiration élimine les toxines de votre corps. Pour ce qui est de l’alimentation, un effort encore plus grand est à faire car la malbouffe moderne nous poursuit inlassablement nuit et jour au travers d’une publicité agressive et trompeuse. Il vous faudra progressivement éliminer tous les produits alimentaires transformés; préférer une orange sauvage pressée, à tous jus industriel, à tout fruit forcé à coup d’engrais et dépourvu de gout, de nutriments, de minéraux et d’oligo-éléments. Idem pour tous les autres fruits et tous les légumes. Ce n’est pas demain que nous trouverons ces produits à un coût raisonnable mais il en va de notre santé. Et sachez que dans le cas contraire vous ruinerez votre santé et le budget de l’état avec les dépenses de santé. Vous participerez donc à l’augmentation de vos impôts au profit des très lucratifs secteurs chimiques, pharmaceutiques et médicaux. Nos ancêtres ont façonné notre métabolisme grâce à une alimentation et une activité physique quasiment inchangée pendant plus d’un million d’années. C’est cela qui nous a construit. C’est cela qui a construit la spécificité de nos organes, de notre système digestif et de notre métabolisme. Et ce ne sont pas les 2 ou 3 mille ans les plus récents qui ont pu changer quoi que ce soit en la matière. Il faut donc aujourd’hui réorienter notre alimentation dans cette direction et consommer probablement autant de fruits et légumes cuits que crus. Pour tout ce qui est protéine animale, il faut bien sûr diminuer fortement les rations. Il faut savoir que la viande trop cuite peut être un poison et que la viande et le poisson crus se digèrent plus facilement. Comment expliquer que nos connaissances en matière de santé ont augmenté mais que notre santé elle-même et nos défenses immunitaires, semblent diminuer, sinon par une pression insupportable du monde économique ? Voilà une pression à laquelle l’Etat, lui-même, semble incapable de résister. Il reste, peut-être, à chacun de nous de réfléchir, de prendre conscience et d’agir en conséquence. Alors, nous allons tous nous rendre compte de la nocivité des médicaments. Nous allons progressivement abandonner même tout recours aux plantes médicinales. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans une alimentation saine et diversifiée comme celle que consommait notre ancêtre le chasseur/cueilleur, il y avait toutes les molécules, toutes les vitamines, tous les minéraux, tous les oligo-éléments, tous les nutriments dont notre corps a besoin pour fonctionner de manière optimale.

Références médicales et scientifiques : Richard WRANGHAM, Marcel HLADIK, Dr. Henry G. BIELER, Dr. Frederic SALDMANN, Geneviève ESMENJAUD, Charles HERVE-GRUYER, etc.