Pierrot Dupuy – La Réunion submergée par un tsunami rouge et rose

Rédigé le 19/06/2022
Pierrot Dupuy

21

La Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) a réussi à faire élire les 6 candidats qu’elle présentait aujourd’hui aux élections législatives : Philippe Naillet dans la 1ère circonscription, Karine Lebon dans la 2ème, Emeline K/Bidi dans la 4ème, Jean-Hugues Ratenon dans la 5ème, Frédéric Maillot dans la 6ème et Perceval Gaillard dans la 7ème.
Seule Nathalie Bassire n’était pas candidate sous les couleurs de la NUPES. Elle est officiellement Divers Droite mais il est évident qu’elle doit en grande partie sa victoire à un report massif des voix d'Alexis Chaussalet sur son nom.

Un formidable tsunami rouge et rose a déferlé sur l’ile à l’issue de ce second tour. Ce qui est somme toute logique au vu des résultats de l’élection présidentielle dans l’ile et de la victoire d’Huguette Bello à la Région. De la sorte, La Réunion, tout comme les autres DOM, n’a fait qu’amplifier un phénomène national avec une très bonne campagne menée par Jean-Luc Mélenchon qui a réussi un tour de passe-passe médiatique extraordinaire en faisant croire qu’il avait une chance de l’emporter ce soir et d’être nommé Premier ministre. Tous les sondages montraient que c’était faux mais, bien aidé par les médias, cette idée s’est imposée durant toute la campagne. Avec le succès que l’on voit ce soir.
 
A noter également l’irruption sur la scène politique de nombreux nouveaux visages : Emeline K/Bidi, Frédéric Maillot, Perceval Gaillard… Très clairement, la Gauche a su préparer la relève, ce qui est moins le cas à Droite.
 
Puisqu’on parle de relève, évoquons la défaite des rejetons de certaines dynasties. Un des faits marquants de ces élections législatives est la défaite des trois "fils et filles de" : Patrice Thien-Ah-Koon ce soir dans la 3ème, Laurent Virapoullé et Nadine Damour, la fille de Maurice Gironcel, dans la 6ème dès le 1er tour. Même si chaque élection a sa propre logique, même si une défaite aux législatives n’implique en rien une défaite aux municipales dans 4 ans, il est clair que ces trois là partiront avec un sérieux handicap.
 
Au chapitre des faits marquants, relevons également le taux de participation sur l’ile de seulement 34,68%, un taux qui diminue à chaque élection. De quoi s’interroger sur cette déconnexion persistante entre les élus et le citoyen. Une des taches prioritaires d’Emmanuel Macron sera d’imaginer de nouvelles techniques pour réconcilier les Français avec la politique, peut-être au travers d’une certaine dose de proportionnelle. Il pourrait pour cela s'inspirer du système très efficace qui fonctionne très bien pour les élections municipales, à savoir une dose de proportionnelle avec un mécanisme garantissant une majorité à la liste arrivée en tête.
 
Enfin, comment ne pas évoquer la responsabilité de certaines personnalités de Droite, qui se reconnaitront, qui ont choisi de faire élire Huguette Bello aux régionales il y a un an, par détestation de Didier Robert. Ce faisant, ils ont donné à la NUPES les moyens colossaux de la Pyramide inversée, avec les résultats que l’on connaît. Ils doivent se mordre les doigts ce soir…
 
1ère circonscription : Philippe Naillet logiquement
 
C’est assez logiquement que Philippe Naillet l’emporte dans cette circonscription qui offre la particularité d’être la seule à ne recouvrir le territoire que d’une seule commune.
 
Le candidat socialiste était arrivé en tête avec une confortable avance le soir du 1er tour sur son concurrent de Droite Jean-Jacques Morel et c’est tout naturellement qu’il est élu ce soir avec 60,7% des suffrages exprimés.
 
Si ce résultat est tout sauf une surprise, à noter tout de même le taux de participation exceptionnellement bas dans cette circonscription puisque 68,23% des électeurs inscrits ne se sont pas déplacés pour voter. Soit presque 3 points de moins que la moyenne départementale.
 
Quelle légitimité pour un député élu avec moins de 17% des inscrits ?
 
2ème circonscription : Karine Lebon dans un fauteuil
 
Autre résultat attendu, celui de la réélection de Karine Lebon dans la 2ème circonscription, avec 69,4% des suffrages exprimés, face à la candidate de Droite Audrey Fontaine (30,6%).
 
C’était quasiment mission impossible pour Audrey Fontaine, dans une circonscription dont les mairies les plus grosses sont tenues par la Gauche.
 
Karine Lebon peut être satisfaite d’avoir réussi à se faire réélire. Elle pourra continuer son travail au sein de l’Assemblée nationale.
 
3ème circonscription : La surprise Nathalie Bassire
 
Peu de commentateurs politiques auraient misé un euro sur la réélection de Nathalie Bassire dans cette circonscription, tant il paraissait évident que TAK allait mobiliser tous ses réseaux en faveur de son fils.
 
En fait, des échos qui nous sont remontés durant la campagne, Patrice Thien-Ah-Koon a cumulé un certain nombre de handicaps rédhibitoires.
 
Il est d’abord apparu aux yeux de certains comme étant "le fils de" André Thien-Ah-Koon. Manifestement, une partie de l’électorat n’a pas souhaité voir se concrétiser une dynastie au Tampon.  C’est ainsi que s’est constituée une sorte de front "tout sauf Thien-Ah-Koon" dont il a fait les frais, avec en plus une grosse partie des électeurs d’Alexis Chaussalet, le candidat NUPES éliminé au soir du 1er tour, qui se sont reportés sur son adversaire.
 
Ajoutez à cela que le candidat lui-même n’a apparemment pas le caractère de son père. Certains militants le trouvaient trop autoritaire, voulant tout régenter dans la mairie. Une attitude qui en a bloqué plus d’un : "André oui, mais Patrice non", nous a-t-on souvent rapporté.
 
Enfin, la manœuvre de TAK, qui avait insidieusement poussé Bachil Valy - en dépit de leur amitié ancienne - à être candidat pour attirer sur lui les projecteurs des anti-Macron et créer ce qu’il croyait être un boulevard pour son fils, s’est retourné contre lui. Quand il s’est rendu compte du coup tordu dont il avait été victime, Bachil Valy a très clairement fait voter Nathalie Bassire au second tour à l’Entre-Deux. Des voix qui ont cruellement fait défaut à Patrice Thien-Ah-Koon aujourd’hui. Les lendemains s’annoncent difficiles au sein de la CASUD…
 
4ème circonscription : Emeline K/Bidi bat David Lorion à plate couture
 
C’est l’autre énorme surprise de ce second tour : l’avocate saint-joséphoise Emeline K/Bidi l’emporte très largement sur le député sortant David Lorion, avec 61,33% des suffrages exprimés. Un député sortant dont tout le monde louait le travail mais qui a fait les frais de la "vague NUPES".
 
C’est surtout dans la commune de Saint-Joseph qu’Emeline K/Bidi fait le trou en remportant 78,5% des voix, soit près de 8.000 voix d’avance sur son adversaire, le tout avec un taux de participation important de presque 48%, très loin au-dessus de la moyenne départementale. Mais fait notable, elle se paie aussi le luxe de devancer le poulain de Michel Fontaine de presque 1.500 voix à Saint-Pierre.
 
Un véritable séisme dans la capitale du Sud.

Michel Fontaine, que l’on a vu très fatigué ce soir à la télévision, doit logiquement se poser beaucoup de questions ce soir sur le bien-fondé de sa stratégie au cours des dernières années.

Et au niveau départemental, sur l’incapacité de la Droite, contrairement à la Gauche, de prévoir la relève autrement qu’en s'appuyant sur les fils des ténors sortants.

Tous les candidats soutenus par Les Républicains ont bu un sacré bouillon ce soir : David Lorion comme on l’a vu, mais aussi Patrice Thien-Ah-Koon, Audrey Fontaine. Par charité chrétienne, nous ne rappellerons pas le score de Murielle Sisteron, éliminée dès le 1er tour dans la 1ère circonscription sans avoir pu atteindre la barre fatidique des 5%, synonyme de remboursement de ses frais de campagne par l’Etat…
 
Si Les Républicains veulent subsister dans l’ile, une sacrée remise en question s’avère plus que nécessaire.
 
5ème circonscription : Jean-Hugues Ratenon assez largement
 
Pas grand-chose à dire sur cette circonscription si ce n’est que Jean-Hugues Ratenon a réussi le pari le plus difficile : celui de se faire réélire. En plus avec un score impressionnant de presque 63%.
 
Si son élection il y a 5 ans avait été pour lui-même une surprise, étant surtout le fruit d’une coalition d’anti-Daniel Gonthier, Jean-Hugues Ratenon ne doit son élection de ce soir qu’à lui-même et à la mise en valeur médiatique de son travail au Palais Bourbon.
 
C’est donc tout naturellement qu’il retrouvera son siège de député.
 
Notons toutefois la bonne performance de Ridwane Issa, le 1er adjoint de Patrice Selly à Saint-Benoit. Voilà une jeune pousse du parti Banian qu’il sera intéressant de revoir dans une élection, en dehors d’une vague rouge et rose.
 
6ème circonscription : La victoire de Frédéric Maillot sur son "frère" Alek
 
Dans cette circonscription aussi, l’élection de Frédéric Maillot n’est pas vraiment une surprise. Son intérêt résidait essentiellement dans la lutte fratricide entre celui qui a quitté les rangs de Croire et Oser, un parti qu'il avait co-fondé avec Alexandre Laï-Kane-Cheong, pour rejoindre Huguette Bello dont il est aujourd'hui vice-président à la Région, et celui qu'il a durant toute la campagne qualifié de "mon frère" qui est allé au combat seulement armé de son courage et de ses convictions face à la machine régionale.
 
Frédéric Maillot l’emporte avec près de 53 % des suffrages.
 
Si nous devions retenir un fait marquant, c’est la révélation faite par le nouveau député de la 6ème circonscription au micro de Réunion La 1ère selon laquelle, s’il a quitté Croire et Oser il y a un an, c’est parce qu'Alexandre Laï-Kane-Cheong lui avait demandé, au moment des régionales, de rejoindre Nassimah Dindar ou Didier Robert.
 
Attendons la réaction d’Alek Laï-Kane-Cheong…
 
7ème circonscription : Perceval Gaillard à l’issue d’un suspens qui aura duré jusqu’au bout…
 
Jusqu’au bout, l’institut de sondage Sagis qui officiait pour Réunion La 1ère, a donné Perceval Gaillard à égalité avec Thierry Robert. Les deux candidats semblaient si proches l’un de l’autre que les sondeurs se refusaient à les départager.
 
Il a fallu attendre les résultats définitifs de la Préfecture pour que Thierry Robert, beau joueur, reconnaisse sa défaite d’une courte tête : 48,8% contre 51,2%.
 
Perceval Gaillard, le candidat de La France Insoumise, a réussi à inverser la tendance puisqu’il n’apparaissait pas en position de force au soir du 1er tour. Il a très clairement bénéficié des voix de Johan Guillou mais aussi, de façon plus surprenante, de la tiédeur du soutien du maire de l’Etang-Salé en faveur de Thierry Robert. Un fait que le candidat malheureux a relevé dans ses commentaires, appelant à une clarification des positions de chacun.
 
Ce n’est pas cette fois que l’ancien maire de Saint-Leu retrouvera les sièges de l’Assemblée nationale…